Vous êtes sur le site professionnel

Accueil > Le syndrome > Types de syndrome

Types de syndrome

Le syndrome de Usher est hétérogène sur le plan clinique et génétique. Il existe trois types de syndrome de Usher. Les types I et II sont les formes les plus courantes du syndrome d’Usher dans la plupart des pays. Le type III ne représente que 2% de tous les cas de syndrome de Usher.

Type Déficience auditive Déficience visuelle Troubles vestibulaires
Usher 1 sévère à profonde congénitale apparition au stade pré-pubère sévères
Usher 2 modérée (peu fréquent) à sévère         (fréquente) congénitale apparition au stade post-pubère aucun
Usher 3 progressive post-linguale apparition au stade pré-pubère

variables

Le type I est caractérisé par une surdité congénitale profonde, empêchant l’acquisition du langage en l’absence d’implantation cochléaire précoce, une dysfonction vestibulaire congénitale retardant l’acquisition de la station assise, debout et de la marche, et une RP diagnostiquée dans la première décennie. La rétinopathie pigmentaire, ou plus précisément appelée dystrophie de type bâtonnet-cône se caractérise par une cécité nocturne en raison d’un dysfonctionnement des bâtonnets, puis des altérations progressives du champ visuel périphérique avec de façon ultime un champ visuel tubulaire. L’acuité visuelle centrale est préservée de façon plus prolongée.

Jacobson, S. G. et al. Retinal Disease Course in Usher Syndrome 1B Due to MYO7A Mutations. Invest. Ophthalmol. Vis. Sci. 52, 7924-7936, (2011).

Lentz J, Keats BJB. Usher Syndrome Type I. 1999 Dec 10 [Updated 2016 May 19]. In: Pagon RA, Adam MP, Ardinger HH, et al., editors. GeneReviews® [Internet]. Seattle (WA): University of Washington, Seattle; 1993-2016.

Consultez la fiche de l’Encyclopédie Orphanet Grand Public sur le syndrome de Usher de type 1, avril 2012

Consultez la fiche de l’Encyclopédie Orphanet du Handicap sur le syndrome de Usher de type 1, février 2015

Le type II se caractérise par une surdité congénitale non profonde, l’absence de dysfonction vestibulaire et une RP diagnostiquée dans la deuxième ou troisième décennie.

Lentz J, Keats B. Usher Syndrome Type II. 1999 Dec 10 [Updated 2016 Jul 21]. In: Pagon RA, Adam MP, Ardinger HH, et al., editors. GeneReviews® [Internet]. Seattle (WA): University of Washington, Seattle; 1993-2016.

Le syndrome de Usher de type III, forme rare, est similaire au type I avec cependant une surdité non congénitale qui débute dans l’adolescence, progressive et qui peut ultimement être très sévère. Les patients USH3 ne présentent pas tous des troubles de l’équilibration.

Millan, J. M. et al. An update on the genetics of usher syndrome. J Ophthalmol 2011, (2011).

Aujourd’hui, 15 gènes ont été identifiés pour cette maladie à transmission autosomique récessive ; ce qui signifie que les deux copies d’un gène dans chaque cellule ont une mutation (page dédiée au syndrome sur le site hereditary hearing loss).

Les gènes associés au syndrome Usher permettent la synthèse de protéines impliquées dans l’audition, l’équilibre et la vision. Dans l’oreille interne, ces protéines sont impliquées dans le développement et la fonction des cellules spécialisées appelées cellules ciliées, qui aident à transmettre des signaux sonores de l’oreille interne au cerveau. Dans la rétine, les protéines contribuent à l’entretien des cellules photosensibles appelées photorécepteurs à bâtonnets (qui fournissent une vision en basse lumière) et des photorécepteurs à cônes (qui fournissent la vision des couleurs et la vision en pleine lumière). Pour certaines des protéines liées au syndrome de Usher, leur rôle exact dans l’audition, l’équilibre et la vision est mal connu. La plupart des mutations responsables du syndrome d’Usher conduisent à une perte de cellules ciliées dans l’oreille interne et une perte progressive des bâtonnets et cônes de la rétine. La dégénérescence de ces cellules sensorielles provoque la perte d’audition, des problèmes d’équilibre, et la perte de vision qui se produisent avec le syndrome de Usher.

Le syndrome d’Usher peut être causée par des mutations dans plusieurs gènes différents. Des mutations dans au moins six gènes, exprimés dans les cellules ciliées, peuvent causer le syndrome Usher de type I. Les plus communes d’entre elles sont des mutations du gène MYO7A, suivie par des mutations dans le gène CDH23.

  • Le gène MYO7A code pour la myosine VIIA. Les myosines sont des moteurs moléculaires responsables du transport des autres molécules d’un endroit à un autre de la cellule. Ces protéines interagissent avec l’actine, une protéine qui est importante pour le mouvement cellulaire et la forme (page consacrée au gène MYO7A du site Genetics Home Référence).
  • Le gène CDH23 code pour la cadhérine 23, protéine d’adhésion cellulaire. Elles ont un domaine qui s’ancre à la membrane de la cellule et un domaine extra-cellulaire qui vont interagir entre eux pour former des ponts entre les cellules pour maintenir ou assurer leur adhésion (page consacrée au gène CDH3 du site Genetics Home Référence).

Le syndrome Usher de type II peut résulter de mutations dans trois gènes ; les mutations génétiques USH2A sont responsables de la plupart des cas de type II.

Développé par

Avec le soutien de l'Agence Nationale de la Recherche

Découvrir les partenaires du projet LIGHT4DEAF

Les cookies nous permettent de fournir, protéger et améliorer nos services. En continuant à utiliser notre site, vous acceptez notre Politique d’utilisation des cookies.