Vous êtes sur le site professionnel

Accueil > Le syndrome > Diagnostic et examens > Les examens de l’audition

Les examens de l’audition

Examens « pivot » de l’évaluation auditive, l’audiométrie tonale, vocale et comportementale sont des examens subjectifs, dont les résultats sont dépendants des conditions de réalisation (consulter le Guide des Bonnes Pratiques de l’Audiométrie Vocale de la SFA).

  • L’audiométrie tonale permet de déterminer les seuils auditifs de chaque oreille à l’aide de sons purs. Cet examen est réalisé en cabine insonorisée. La conduction aérienne est mesurée à l’aide d’écouteurs ou de haut-parleurs (champ libre) et la conduction osseuse à l’aide de vibrateurs. Les fréquences sont testées à 125, 250, 500, 1000, 2000, 4000 et 8000 Hz (fréquence aiguë) (page dédiée à l’audiométrie tonale du site de l’hôpital Lariboisière).
  • L’audiométrie vocale consiste à étudier la perception de la parole. On demande au patient ou à l’enfant de répéter des listes de mots émis à des différentes intensités par voie aérienne ou par voie osseuse. On décrit 1) le seuil d’intelligibilité, intensité à partir de laquelle 50% des mots sont compris, 2) le maximum d’intelligibilité, pourcentage maximum de mots compris et 3) le pourcentage de discrimination, pourcentage de mots compris 35 dB au-dessus du seuil d’intelligibilité (page dédiée à l’audiométrie vocale du site de l’hôpital Lariboisière).

Spécificité de l’enfant : l’enfant ne va pas pouvoir participer à une audiométrie comme un adulte. On utilise des techniques particulières tenant compte de son niveau de développement global et de son niveau de langage, les techniques faisant appel à un conditionnement ludique (consulter le Guide des Bonnes Pratiques en Audiométrie de l’Enfant de la SFA).

Les tests objectifs, complémentaires des tests subjectifs, sont les Oto-émissions acoustiques et les potentiels évoqués auditifs (consulter le Guide des Bonnes Pratiques en Audiométrie de l’Adulte de la SFA).

  • Les oto-émissions provoqués sont des vibrations sonores physiologiques que la cochlée émet en réponse à une stimulation sonore, de manière rétrograde, vers la chaîne tympano-ossiculaire jusqu’au conduit auditif externe où elles peuvent être enregistrées grâce à un microphone miniature et sensible. La présence de ces otoémissions, soit spontanée, soit après stimulation acoustique, permet d’assurer l’intégrité quasi parfaite de l’oreille interne (page dédiée aux oto-émissions du site de l’hôpital Lariboisière).
  • Les potentiels évoqués auditifs précoces du tronc cérébral (PEA) enregistrent, eux, à la manière d’un électroencéphalogramme, les réponses de la cochlée et du tronc cérébral, une activité électrique générée par une stimulation sonore. Cet enregistrement est effectué à l’aide d’électrodes collées sur la peau, sans anesthésie générale, sauf si l’enfant est agité et/ou en très bas âge (sédation, voire anesthésie générale) (page dédiée aux potentiels évoqués du site de l’hôpital Lariboisière).

Développé par

Avec le soutien de l'Agence Nationale de la Recherche

Découvrir les partenaires du projet LIGHT4DEAF

Les cookies nous permettent de fournir, protéger et améliorer nos services. En continuant à utiliser notre site, vous acceptez notre Politique d’utilisation des cookies.